Restauration et reproduction

Pour rendre au parchemin sa souplesse d’origine, il convient de le réhydrater en douceur. Selon un protocole élaboré par le service Restauration de la Bibliothèque nationale de France, deux procédés sont mis en œuvre :

  • enfermement des feuillets pendant quelques heures dans une chambre d’humidification ;
  • placement de chaque feuillet entre deux couches de sympatex, prises en sandwich entre deux buvards détrempés.

Une fois réhydratés, les feuillets sont nettoyés de leurs impuretés, puis dépliés, aplanis et mis en tension, à l’aide de pinces à dessin, sur des formes en carton découpées selon leurs contours.

Assouplis, ils peuvent être manipulés ; dépliés, ils laissent voir des zones de texte autrement illisibles.

Pour chaque manuscrit, deux séries de prises de vues sont faites, avant et après relaxation. Selon les normes fournies par le service Image de l’IRHT et sous son contrôle, chaque feuillet fait ainsi l’objet d’une double reproduction numérique en couleurs, à très haute résolution.

En 2012-2013, la Bibliothèque nationale de France a réalisé un film sur le traitement des manuscrits de Chartres au Centre technique à Bussy-Saint-Georges : La renaissance des manuscrits médiévaux de Chartres.